#ChallengeAZ : le Paradoxe du "X"

Je ne vous parlerai pas aujourd'hui de tel ou tel ancêtre prénommé X...., car je n'en ai trouvé aucun. Pas davantage d'un autre exerçant le métier de X.... (d'ailleurs, ça existe un métier qui commence par X ?). Non, c'est le néant. 

Ma génération X alors ?
Bof, pas grand chose à en dire à ce jour. Sur les 512 ancêtres théoriques qu'elle comporte, je n'en ai identifié que 10, soit 2% à peine, donc pas la peine d'en parler...

J’aurais été fière de pouvoir exhiber un ancêtre issu des rangs de l’ « X » (Polytechnique), mais bien que je compte quelques ingénieurs dans la famille, aucun à ma connaissance n’est issu de la célèbre école.

J'avais même pensé à parler de Noël (abrégé en X-Mas en anglais) et d'événements en lien avec ma famille (mon grand-père est né un 24 Décembre, et un autre s'est marié le 24 également, mais rien à Noël précisément).

Non, vraiment, je me suis creusé la cervelle, mais rien....
 
 


Du coup, je voulais juste vous faire part d'une de mes réflexions concernant le X

Je trouve en effet étonnant que cette lettre serve à la fois pour désigner l'inconnu
  • dans une équation, on désigne toujours l'inconnu, la valeur recherchée, par un X (d'ailleurs c'est même plus souvent un x)
  • on parle aussi d'enfant né sous X, ...
et soit celle qui a été retenue comme abréviation en généalogie pour désigner une union, alors même que c'est l'événement dont l'acte est le plus riche d'enseignement pour avancer dans les recherches.

Vous ne trouvez pas ça curieux ? Moi Si.

Voilà. C'est tout pour aujourd'hui. Je garde mes dernières forces pour demain et après-demain !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Je suis tombée dedans quand j'étais petite...