#Challenge AZ : E comme Enquête




Ce que j’aime particulièrement dans la Généalogie, c’est cette Enquête sans fin à la poursuite d’ancêtres, de cousins perdus de vue ou inconnus, ou pour vérifier tel ou tel récit transmis par la famille.

Tel Sherlock Holmes ou un héros de série policière, on rassemble des indices, on émet des hypothèses qu’il faut ensuite vérifier, on suit des pistes, bonnes ou mauvaises, on aboutit parfois à des impasses, mais sans jamais abandonner, car quand on est accro, on ne décroche pas si facilement !...

En ce qui me concerne, je suis assez fière de l’enquête que j’ai menée pour retrouver le père biologique de mon grand-père du côté maternel. J’étais en effet très contrariée de voir mon arbre amputé d’une branche conséquente, si tôt dans ma remontée vers les générations précédentes ; un huitième laissé en blanc, ça se voit sur un arbre !!

Pour mener l’enquête, j’avais la chance de disposer d’un indice de taille : une lettre écrite par mon arrière-grand-mère à son fils (mon grand-père) pour lui expliquer quelque peu les circonstances de sa naissance et se justifier de ne pas s’être occupé de lui dans son enfance (âgée de seulement 15 ans à sa naissance, elle l’avait alors confié à sa sœur aînée qui l’a élevé).

Bien sûr, la lettre ne donnait pas clairement le nom du père, cela aurait été trop simple ! Je savais seulement qu’il s’appelait Denis, et qu’il faisait partie de la famille dans laquelle mon aïeule travaillait comme domestique. Je me suis donc mise à la recherche de celui-ci, tout en ne sachant pas s’il s’agissait d’un nom ou d’un prénom (cf. mon article sur les Catherine).

Je me suis dit que si je retrouvais la famille où mon arrière-grand-mère travaillait avant la naissance de son fils, j’aurais ma réponse, partant du principe que les domestiques étaient généralement recensés avec la famille de leur employeur. Par chance, l’année 1911 , précédant celle de la naissance de mon grand-père, était une année de recensement.
Je me suis donc attelée à la tâche. J’ai commencé par sa commune d’origine (Arganchy (14)), où j’ai retrouvé ses parents, mais pas elle. Il faut dire que la lettre ne précisait pas la ville où elle était e. J’ai donc dû travailler par cercles concentriques, en élargissant progressivement à toutes les villes et villages du canton de Bayeux, en laissant soigneusement celle-ci pour la fin (j’espérais ne pas avoir à me palucher les quelques 130 pages du recensement!!). Vous l’avez deviné, après avoir consulté en vain toutes les autres communes, il a bien fallu que j’attaque ce gros morceau. Et ce n’est que vers la fin du registre, p 96 que j’ai enfin trouvé ce que je cherchais :

Source : AD du Calvados, recensement de Bayeux - 1911

A la suite des membres de la famille DENIS (il s’agissait donc d’un patronyme), est inscrit le nom de mon arrière-grand-mère Marguerite Fernande DESHAYES. En examinant les différents membres de la famille (l’âge des garçons surtout), je constate que seul le chef de famille peut raisonnablement être le père. C’était alors encore monnaie courante que le patron abuse d’une domestique…
Voilà donc une « épine généalogique » résolue et une case de mon arbre complétée. L’ascension vers le passé va pouvoir reprendre sur cette branche.

Il faudra quand même que je retienne la leçon : quand j'attaque la consultation d'un gros registre, je gagnerais à commencer par la fin !! 😉

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Je suis tombée dedans quand j'étais petite...