#ChallengeAZ : Y comme Yvonne

Bien que je n'ai pas (encore) trouvé de sang noble parmi mes ancêtres, je peux tout de même m'enorgueillir de compter parmi eux une ... Reine (à vrai dire, il y en a même deux, si j'ajoute une cousine des Landes se prénommant ainsi).

Certes cette Reine n'était pas à la tête d'un quelconque royaume, mais elle portait quand même couronne, comme toute Reine qui se respecte.

Allez, je ne vais pas vous faire mariner plus longtemps : il s'agit de ma grand-mère paternelle, Yvonne DIRIS, de son nom de baptême Jeanne Madeleine Yvonne (Sosa 5). 

Regardez comme elle était belle lors de son couronnement comme Reine... de beauté d'Arcachon en 1931 !

En plus, c'est de famille, puisque sa dauphine n'est autre que sa sœur Irène.


Yvonne est née le 31 mai 1911 à Sainte-Colombe, dans les Landes. Elle est la fille de Marie BONNEFEMME et Laurent DIRIS (Sosa 11 et 10). Comme je l'ai raconté ce mois-ci (cf. M comme Mort pour la France), elle perd son père durant la 1ère Guerre Mondiale. Elle et sa sœur sont alors adoptées comme Pupilles de la Nation, comme de nombreux autres orphelins de guerre, en 1919.



Leur mère, Marie BONNEFEMME , se remarie après la guerre avec Pierre Léon LAFENETRE, un cousin germain de son 1er époux, le 21 novembre 1920 à Eyres-Moncube (40)

Quelques temps plus tard, je les retrouve domiciliés à Arcachon
C'est là que ma grand-mère rencontrera Lucien IMBRECHTS, mon grand-père, venu visiter sa mère qui réside désormais elle-aussi à Arcachon avec son deuxième époux. 
Lucien et Yvonne se marient en  décembre 1931 à Arcachon, puis ils quittent la Gironde pour remonter s'installer en région parisienne où habitent Lucien et son père. 



Ils résident notamment à Asnières sur Seine, où naîtra en 1935 leur fils unique Claude, mon père. 
Enfin ils s'installent à Savigny sur Orge, dans l'Essonne, qu'ils ne quitteront plus pendant un bon demi siècle. Mes grand-parents formeront un couple très uni durant plus de 50 ans, fêtant successivement leurs noces d'or (50) et de diamant (60) entourés de toute la famille.  

Je garde d'elle le souvenir d'une grand-mère aimante et attentionnée, très proche de son fils (unique !) et de nous, ses petits-enfants. Toute sa vie, ma grand-mère restera coquette, soucieuse de sa mise, de sa coiffure et de sa toilette, toujours tirée à 4 épingles. Peut-être un lointain souvenir de son titre de 1931 ?

Quand Yvonne s'éteindra le 02 novembre 1996, mon grand-père, qui l'adorait, ne lui survivra que quelques semaines, avant de la rejoindre pour l'éternité. 




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Je suis tombée dedans quand j'étais petite...